Patrice Vergriete : « Ma femme souffrait énormèment d’être au chômage »

vergriete

L’information est tombée ce matin dans les colonnes de la VDN, et a provoqué un véritable séisme dans la cité dunkerquoise : Vanessa Delevoye,  la femme de Patrice Vergriete, travaillera à l’AGUR où il est lui même vice-président. Favoritisme ? Népotisme ? Rien de cela. Pour le maire de Dunkerque, il s’agit purement et simplement d’un acte d’amour.

«Je ne pouvais plus rentrer chez moi le soir et la voir déprimée de ne rien faire de ses journées», nous explique P.Vergriete. «Le chômage est quelque chose de très dur à supporter, croyez-moi. Notre famille subissait de plein fouet la flambée de la précarité : moins de restaurants, moins de vacances, moins de shopping, etc. C’était pas facile pour nous.» précise-t-il la gorge serrée. «Elle souffrait trop d’être au chômage. La seule solution, c’était de l’embaucher. C’est la moindre des choses que puisse faire un mari qui aime sa femme.»

Alors qu’il avait lourdement critiqué Michel Debelarre pour sa politique en matière de recrutement où le mérite n’avait guère sa place, P.Vergriete tient à marquer sa différence avec l’ancien maire de Dunkerque. «Je m’engage personnellement à ce que Vanessa travaille réellement. Pas d’emplois fictifs chez nous ! Elle fera ses 35h comme tout le monde, et n’aura pas de traitement de faveur.»

Voilà de quoi rassurer les dunkerquois sur la déontologie du nouveau maire, qui certes pistonne des proches, mais va s’assurer qu’ils travaillent vraiment.

Par ailleurs, cette affaire a pris une tournure surprenante en ce début d’après-midi. Les agences Pôle Emploi du dunkerquois nous ont contacté, pour nous affirmer qu’un nombre croissant de chômeurs se prétendant cousins ou cousines de P.Vergriete s’étaient présentés à leurs agences pour tenter de décrocher un emploi. 13% de dunkerquois cousins du maire actuel, ça fait vraiment beaucoup.

La rédaction

Publicités

Michel Delebarre hospitalisé en urgence pour enlever une poutre de son oeil.

1370012276_1369918935_michel-delebarre.pngAlors qu’il venait de terminer son interview dans la VDN pour expliquer les raisons de sa défaite aux municipales de 2014, Michel Delebarre a été hospitalisé en urgence au CHD de Dunkerque.

En effet, alors qu’il était en train de critiquer avec véhémence Patrice Vergriete lors de son interview, l’ancien édile de Dunkerque a été pris de violentes douleurs dans l’œil droit.

Notre collègue de la VDN pris de panique a néanmoins eu le réflexe d’appeler rapidement  les pompiers qui ont immédiatement transporté Michel Delebarre aux urgences. Le diagnostic tombe rapidement : la vue du sénateur est entravée par la présence d’une poutre dans son orbite oculaire.

« Je comprends maintenant pourquoi il était d’aussi mauvaise foi », nous raconte J. Mintheur, journaliste à la VDN. « En réalité la poutre dans son œil lui empêchait de voir ses propres défauts, et les raisons de son échec aux municipales de 2014 […] Il a rejeté la faute sur tout le monde, sauf sur lui ! J’espère seulement que les ophtalmologues du CHD arriveront à lui enlever cette poutre, c’est vraiment horrible d’être à ce point hypocrite… »

Tous espèrent en effet que Michel Delebarre retrouve la vue rapidement, son sens du jugement, ainsi que sa morale. D’après Gene Nevoiryen, ophtalmologue au CHR de Lille, spécialiste en charpenterie-occulaire, les séquelles après une telle opération sont minimes, mais les risques de rechute importants. « Il ne faut jamais sous-estimer le fait d’avoir une poutre dans son œil, c’est même une maladie très courante parmi nos politiques : sur nos 500.000 élus français, 1 sur 3 aura une fois dans sa vie ce type de pathologie », précise-t-elle.

La rédaction

 


Municipales – Patrice Vergriete reçoit le Prix Iznogoud.

vergriete

Dunkerque – C’est un véritable séisme politique qui a secoué la ville de Dunkerque hier soir aux alentours de 20h. Patrice Vergriete, le traître à la gauche, selon Michel Delebarre, a réussi à être maire à la place du maire. C’est donc naturellement qu’il s’est vu remettre ce matin le Prix Iznogoud, par la Société des Opportunistes Ultra Prétentieux (SOUP) qui siège à Paris.

Ce prix récompense depuis 1984 toute « personnalité politique à l’ambition démesurée, qui avait pour objectif de détrôner son ancien mentor, et a finalement réussi à le faire contre toute attente ». En somme, nous dit le document du SOUP, «cette personne doit réussir là où Iznougoud a échoué : être calife à la place du calife. »

C’est donc très ému que Patrice Vergriete a reçu ce titre honorifique qui a consacré les plus grands hommes politiques de notre époque. On se souvient de la joie éprouvée par Nicolas Sarkozy en 2007 lorsque lui-même a été couronné « Iznogoud 2007 », pour son élection à la tête de l’État français, contrecarrant tous les plans de Jacques Chirac pour l’en empêcher.

Néanmoins, il faudra faire mieux que tous ces illustres noms (Alain Juppé, Jacques Toubon, et même Georges W. Bush ont reçu ce titre honorifique) qui n’ont pas toujours eu le succès escompté, et même connu des déboires divers et variés.

Mais nous pouvons faire confiance à Patrice Vergriete qui, nous le rappelons, a côtoyé pendant plus de 12 ans Michel Delebarre, et a pu se former à l’art de la langue de bois, de l’entourloupe, des pressions diverses et autres complots politiques dans le but d’obtenir toujours plus de pouvoir et d’influence.

L’attribution du prix Iznogoud à P. Vergriete est donc un gage de confiance pour des dunkerquois pressés de voir du changement dans leur cité ravagée par la crise économique.

La rédaction.

 


Questionnaire Mumucipales – Le Sprat Enchaîné – Patrice Vergriete nous répond.

le sprat

On le sentait. Si Michou répondait, les autres allaient suivre… Aujourd’hui vendredi c’est le tour de Patoche !

Question 1 – Le carnaval de Dunkerque est trop court. Une fois élu, est-ce que vous allez le prolonger ? Si oui, sur quelle période ?

Tout comme je doublerai les effectifs de la police municipale afin de la rendre opérationnelle 24/24h et 7/7j, je propose aux Dunkerquois de faire de même avec le carnaval : oui aux 6 joyeuses, aux 2 bandes de Malo, de jour comme de nuit, le week-end comme la semaine ! En revanche, nous supprimerons les homards (y’en a marre). Donner la parole aux habitants sur les sujets qui les concernent faisant partie de nos priorités, ce sera donc aux Dunkerquois de décider ce qu’ils souhaiteront voir jeter du balcon de la mairie. Je n’exclus d’ailleurs pas la possibilité d’organiser un referendum local sur ce sujet d’importance…

Question 2 – Est-ce que vous allez transformer les Bains Dunkerquois en club-échangiste en régie publique ? Si ce n’est pas le cas, vous pensez en faire quoi ?

Tout à fait, c’est d’ailleurs dans mon programme ! Je cite :  » Les Bains dunkerquois seront dédiés au spectacle vivant « . Les artistes amateurs – acteurs, musiciens, chanteurs, danseurs – auront enfin un endroit pour se mettre à nu dans le but de faire vibrer leurs spectateurs. Les Bains deviendront LE lieu d’échanges intenses en matière culturelle à Dunkerque.

Question 3 – Êtes-vous sujet à des insomnies depuis que l’équipe du Petit Journal de Canal Plus a pris l’habitude de venir à Dunkerque ?

C’est un bonheur que d’accueillir Le Petit journal à Dunkerque ! J’ai aimé tous leurs reportages. Notamment celui qui démontre avec brio que cumuler 3 mandats et 23 fonctions ne permet ni d’être présent pour les Dunkerquois, ni de faire efficacement son travail de maire !

J’aime aussi la séquence tournée au Carnaval. Elle reflète bien cette folie, ce délire qui s’empare de toute la ville et autorise chacun à n’importe quoi, n’importe quand, à n’importe qui ! Car les Dunkerquois savent bien à qui ils vont vraiment infliger « une belle branlée » le 23 et le 30 mars…

Question 4 – Est-ce qu’à la place de l’ARENA, il n’aurait pas été plus judicieux de construire un stade de football, trouver des investisseurs qataris, et voir des USLD-Barcelone, plutôt que des matchs pourris de handball ou de basket ?

Dans le style délire, j’en connais aussi un fameux : l’arena à 10 700 places, à 300 millions d’euros, près d’un site Seveso et en zone inondable ! Pour stopper cette folie, une seule solution : les urnes et uniquement les urnes, les 23 et 30 mars prochains. Si le contrat avec Vinci ne peut pas être annulé (comme semblent le prouver divers éléments d’informations que j’ai en ma possession), je m’engage à renégocier un projet d’un coût et d’une dimension raisonnables, à un autre endroit.

PS : Le Sprat, seriez-vous insensible au sport ? Car le sport, c’est aussi des valeurs humaines et de belles histoires. Comme celle de Sébastien Bosquet par exemple, l’enfant de Saint-Pol devenu champion du monde.

Question 5 – Si vous deviez retenir qu’une seule proposition de votre programme, laquelle serait-elle ? Justifiez (minimum 5 lignes) (On peut être sérieux aussi).

Non, rien de sérieux sur le Sprat ! On sait déconner ou on ne sait pas ? Vous ne me ferez pas parler sérieusement sur ce site.

Question 6 – Mis part la politique, quel métier rêviez-vous de faire lorsque vous étiez petit ?

Chauffeur de bus ! Qui plus est, avec mon projet de gratuité du bus dans les communes centrales de l’agglomération (qui rendra du pouvoir d’achat à tous les Dunkerquois), le métier de chauffeur de bus sera revalorisé. http://www.patricevergriete.fr/index_site.php?page=blog_lire&art=52

Question 7 – Si vous êtes élu, est-ce que vous pourrez supprimer les autres journaux locaux, et faire du Sprat Enchaîné, l’outil de votre propagande ?

L’un des volets forts de mon programme, c’est la création d’emplois locaux notamment grâce à l’accompagnement de la croissance des PME capables d’innover et d’exporter dans certaines filières. Si on considère que le Sprat est une filière d’avenir et que vous êtes capables de devenir des champions locaux de la création des emplois, on vous soutiendra.

Question 8 – Le 11 mars c’était  l’annif de la catastrophe de Fukushima. Alors le nucléaire pour vous, c’est cool ou c’est pas cool ?

Cool ou pas cool ??? Là, on parle de 18 000 morts et je ne pense pas que ce soit sur le Sprat que je doive m’exprimer sur ce sujet très grave. Respect aux victimes.

Espérant, conformément à vos attentes, « vous avoir donné du plaisir et fait un peu rêver », bisous également, Patrice Vergriete.