Patrice Vergriete : « Ma femme souffrait énormèment d’être au chômage »

vergriete

L’information est tombée ce matin dans les colonnes de la VDN, et a provoqué un véritable séisme dans la cité dunkerquoise : Vanessa Delevoye,  la femme de Patrice Vergriete, travaillera à l’AGUR où il est lui même vice-président. Favoritisme ? Népotisme ? Rien de cela. Pour le maire de Dunkerque, il s’agit purement et simplement d’un acte d’amour.

«Je ne pouvais plus rentrer chez moi le soir et la voir déprimée de ne rien faire de ses journées», nous explique P.Vergriete. «Le chômage est quelque chose de très dur à supporter, croyez-moi. Notre famille subissait de plein fouet la flambée de la précarité : moins de restaurants, moins de vacances, moins de shopping, etc. C’était pas facile pour nous.» précise-t-il la gorge serrée. «Elle souffrait trop d’être au chômage. La seule solution, c’était de l’embaucher. C’est la moindre des choses que puisse faire un mari qui aime sa femme.»

Alors qu’il avait lourdement critiqué Michel Debelarre pour sa politique en matière de recrutement où le mérite n’avait guère sa place, P.Vergriete tient à marquer sa différence avec l’ancien maire de Dunkerque. «Je m’engage personnellement à ce que Vanessa travaille réellement. Pas d’emplois fictifs chez nous ! Elle fera ses 35h comme tout le monde, et n’aura pas de traitement de faveur.»

Voilà de quoi rassurer les dunkerquois sur la déontologie du nouveau maire, qui certes pistonne des proches, mais va s’assurer qu’ils travaillent vraiment.

Par ailleurs, cette affaire a pris une tournure surprenante en ce début d’après-midi. Les agences Pôle Emploi du dunkerquois nous ont contacté, pour nous affirmer qu’un nombre croissant de chômeurs se prétendant cousins ou cousines de P.Vergriete s’étaient présentés à leurs agences pour tenter de décrocher un emploi. 13% de dunkerquois cousins du maire actuel, ça fait vraiment beaucoup.

La rédaction