International – Le gouvernement belge dissout son peuple

Elio Di Rupo à la tribune de la Chambre des Représentants

Elio Di Rupo à la tribune de la Chambre des Représentants

La Belgique entre dans une nouvelle crise politique inédite. Le chef du gouvernement, Elio Di Rupo, a annoncé à 18h (heure locale) avoir signé le décret de dissolution du peuple belge. « J’ai décidé de mettre fin prématurément à l’existence de notre peuple » a écrit l’homme politique âgé de 63 ans sur son compte Twitter.

Selon la loi belge, le gouvernement à 60 jours pour trouver un nouveau peuple à partir de la date de publication du décret de dissolution. Le choix aura donc lieu le 27 novembre 2014, a précisé un secrétaire d’État du gouvernement Di Rupo.

Ce choix, une première dans le système démocratique occidental, parvient après un désaccord important entre le gouvernement et son peuple sur la politique à mener pour le pays. Vendredi après-midi, dans plus de 20 villes belges, plusieurs manifestations étaient organisées par les citoyens pour s’opposer à la politique d’austérité du gouvernement.C’est cet acte, jugé irresponsable par les édiles du pays, qui a mis le feu aux poudres. Une vague de protestation s’est emparée de tous les partis politiques belges, qui ont demandé au gouvernement de réagir rapidement, s’il ne voulait pas que le peuple arrive à prendre le pouvoir.

PARIS SOUTIENT BRUXELLES

E.Valls, dans un communiqué de presse, a marqué son soutien à son homologue belge, et a souligné que face à une situation similaire, il serait prêt lui aussi à dissoudre le peuple français, car « la démocratie représentative est exercée par les élus et pour les élus, et il ne faut pas que les citoyens se mêlent des affaires de l’État. »

Mäne Quennepix, membre du collectif belge « Qu’ils s’en aillent tous », principale organisation de citoyens opposés au gouvernement, parle « d’une situation totalement surréaliste. » Selon lui, il aurait fallu que « Di Rupo dissolve le Parlement fédéral, et non pas le peuple, comme c’est l’habitude lorsque la situation politique du pays est sans issue. » Il espère que le peuple n’en restera pas là, et continuera à se mobiliser contre « ces politiques insensibles aux besoins des citoyens. »

Des rassemblements spontanés commencent déjà à émerger un peu partout dans les villes belges. Les citoyens exigent que le peuple soit maintenu dans ses fonctions, et que ses pouvoirs soient renforcés à l’avenir. Di Rupo lui, doit rencontrer ce soir les différents membres du gouvernement pour appliquer le plus rapidement possible le décret de dissolution. Il ne lui restera plus qu’à trouver un peuple qui soit d’accord avec ses propres politiques. Une première mondiale, qui ne devrait pas être une mince affaire.

La rédaction

 

 

Publicités

One Comment on “International – Le gouvernement belge dissout son peuple”

  1. A Lille on a barre  » l’Avenue du Peuple Belge  » vu qu’elle n’existe plus, au cas ou des autos tomberaient dedans. Les prostituees habituees des lieux sont au fond du trou. Quelle affaire !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s