Homejacking – une famille loonoise se fait voler sa maison.

home-jacking

Loon-Plage – Tout le monde connaissait le carjacking, c’est à dire l’action de voler violemment et par surprise une voiture dans lequel se trouve encore le passager. Les cibles privilégiés de ces vols traumatisants, étant des femmes seules, ou des personnes âgées au volant.

Mais voilà que commence à se répandre une autre pratique de vol, tout autant choquante : le homejacking. La famille Passitou en a fait l’amer expérience dans la nuit du 27 au 28 avril sur la commune de Loon-Plage. Alors que le couple de trentenaires, et leur petite-fille, dormaient à l’étage, ils se sont fait brusquement expulsés de leur demeure, par une bande de trois individus cagoulés.

Leurs meubles et leurs biens ont été déplacés à l’extérieur, tandis qu’un camion de déménagement venait délivrer les biens des agresseurs. « En une heure de temps, nous nous sommes retrouvés dehors, avec tous nos biens », nous raconte Mickaël Passitou. « Nous les avons regardés, impuissants : ils étaient en train de s’installer dans notre maison, et nous ne pouvions rien faire ».

Mickaël décide d’appeler la police nationale, qui dans un premier temps pense à une mauvaise blague. « J’ai dû lourdement insister pour qu’ils se déplacent. Et je les comprends. Quand quelqu’un vous appelle pour vous dire qu’on lui a volé sa maison, vous avez dû mal à le croire », nous explique le père de famille.

Néanmoins, la police arrivera pour récupérer la maison volée en délogeant, sans difficulté, les agresseurs qui se sont révélés être une famille de Saint-Pol-Sur-Mer. Le père, la mère et leur enfant, en attente d’un logement depuis plus de 10 mois, s’étaient décidés à voler une maison pour remédier à leur situation, qui devenait de plus en plus précaire. Cela faisait en effet plusieurs mois que la famille vivait dans son monospace, avec tous leurs biens stockés dans un garage.

Avec la crise du logement que connaît notre pays, la Police nationale affirme que ce genre de vol aura tendance à se multiplier à l’avenir. Ils recommandent de fixer solidement tous les biens aux sols et murs de la maison, et  de s’attacher bien solidement à son lit durant la nuit.

La rédaction

 

Publicités

Arena – Ce que coûte réellement la rupture de contrat.

xavier huillard

Xavier Huillard, PDG de Vinci

Dunkerque – Patrice Vergriete en avait fait son cheval de bataille. La salle Arena, voulue et imaginée par Michel Delebarre, ne sortira pas de terre. Mais casser un contrat signé avec l’ogre VINCI ne s’avère pas aussi simple. Le dédit coûtera 13 millions d’euros à la Communauté Urbaine de Dunkerque, en plus des 17 millions de frais divers déjà versés (études, indemnités de retard, piscines personnelles, frais de bouche, voyages au Maroc, et manucures diverses). Pourtant, VINCI ne compte pas s’arrêter là. Voici en détail le vrai coût de la salle ARENA.

Un sacrifice humain annuel

Tous les ans, à l’anniversaire de Michel Delebarre, la CUD devra sacrifier sur le site du Noort Graacht une jeune femme vierge, blonde de préférence. Son cœur lui sera arraché et sera donné ensuite aux actionnaires de la multinationale, avides de chair humaine, pour calmer leur colère d’avoir perdu autant d’argent.

La concession de tous les parkings privés

Tous les parkings privés des particuliers appartiendront à VINCI pour 75 ans. Les habitants devront d’acquitter d’une taxe de 68 euros par mois pour garer leurs voitures dans leurs parkings. S’ils ne payent pas cette taxe, leurs véhicules pourront être embarqués par la fourrière.

 Quinze minutes de publicité quotidienne

Des écrans télés seront installés dans toutes les écoles du Dunkerquois, et les élèves seront obligés de regarder quinze minutes par jour de publicités vantant les mérites des projets que Vinci mène ou veut mener à travers le monde. L’intronisation de Vinci dans les écoles irait même plus loin : une rumeur se propage qu’une section BTP Vinci serait créée au lycée Jean-Bart pour l’année 2015.

Construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes à Téteghem

Très en colère suite à la trahison de Franck Dhesin, qui a soutenu Vergriete alors qu’il travaillait pour Vinci, Xavier Huillard a annoncé que la ville de Téteghem serait rasée, et que l’aéroport prévu à Notre-Dame-des-Landes y serait construit gratuitement, ce qui fait la joie des militants nantais.

M. Delebarre avait vendu son âme au diable

Tout cela est bien entendu la faute d’un seul homme, qui en signant en 2010 le contrat avec Vinci avait réalisé sans le savoir un pacte avec le diable. Aujourd’hui disparu depuis les élections municipales (la rumeur dit que Xavier Huillard le séquestre dans un endroit secret, où il serait obligé de remplir  un tonneau sans fond d’harengs pecs) Michel Delebarre aura laissé un beau cadeau d’adieu à tous les dunkerquois.

La rédaction

 


Solidarité – Auchan envoie des poupées au Bangladesh pour indemniser les victimes du Rana Plaza.

Nenubanera4

Grande-Synthe – Auchan est une enseigne solidaire, où une profonde éthique mobilise toutes les forces de l’entreprise à indemniser les victimes du Rana Plaza, cet atelier de couture qui s’est effondré l’année dernière au Bangladesh.

Des vêtements de la marque avaient été retrouvés dans les décombres du bâtiment, et jusque là, Auchan avait refusé d’indemniser les familles.

Mais un an après, cela a changé. Et l’initiative provient d’Auchan Grande-Synthe, qui va envoyer plusieurs tonnes de poupées Nenuco aux parents qui ont perdu leurs enfants dans le drame du Rana Plaza.

« C’est un geste fort de la marque », nous explique Christian Salot, responsable du pôle Éthique et Exploitation.  »Les parents ont été dévastés par la perte d’un ou plusieurs de leurs enfants. Cela est notre faute, nous aurions dû éviter de les exploiter dans des conditions inhumaines. La moindre des choses que l’on puisse faire, et de leur procurer un peu de réconfort. Nous est venu alors l’idée de leur envoyer des poupées Nenuco, qu’ils pourront choyer, comme ils ont choyé auparavant leurs enfants ».

D’autres enseignes de la marque devraient suivre le mouvement initié par Grande-Synthe. Auchan Villeneuve d’Ascq pense envoyer 25 tonnes de chips pour aider les familles souffrant de dénutrition. Auchan Boulogne-Sur-Mer réalise, quant à lui, une collecte de raquettes de tennis pour les enfants mutilés de Dacca.

Encore une fois, le groupe Mulliez fait preuve d’une solidarité sans égal, qui va renforcer l’image responsable et engagée de la marque nordiste.

La rédaction