Economie – VINCI va construire un parking sur la plage de Malo-les-Bains.

La plage de Malo-les-Bains deviendra t-elle un parking géant ?

La multinationale Vinci ne cesse de s’accroître sur le territoire de Dunkerque. Après les logements, l’ARENA et autres parking, voilà que le géant du BTP va s’attaquer à la plage de Malo-les-Bains pour y construire un parking géant de 10.000 places.

Xavier Huillard, pdg de Vinci, se félicite d’avoir décroché ce projet qui était dans les tiroirs de la CUD depuis quelques années déjà. « Les dunkerquois vont enfin avoir le parking qu’ils méritent pour se promener à Malo-les-Bains. Il sera directement construit sur le sable, entre le Kursaal et le poste de secours qui se trouve au milieu de la digue. »

Le projet qui devrait voir le jour en 2016, a été signé hier matin par le président de la CUD, Michel Delebarre, pour un coût total de 540 millions d’euros. « Nous avons utilisé le même modèle de financement que pour la future salle ARENA, c’est à dire en mettant en place un partenariat public privé de 50 ans. «  se félicite le maire (PS) de Dunkerque.

Un parking recouvert de panneaux solaires

Exemple de parking avec panneaux photovoltaïques (Hambourg, Allemagne)

Les usagers du parking, qui a été conçu par le cabinet d’architectes suédois Önvonik Bhïen, pourront garer leurs voitures à l’abri du soleil, car les places seront recouvertes de panneaux photovoltaïques de troisième génération qui permettront de stocker de l’électricité qui sera par la suite revendue à la Belgique.

C’est donc un chantier pharaonique qui s’annonce pour Dunkerque, car les prouesses techniques à réaliser seront nombreuses : construire un système gérant les flux hydrauliques pour éviter que le parking soit recouvert par les marées, et relier les panneaux photovoltaïques à la Belgique pour l’ approvisionner en électricité.

Deux énormes défis qui demanderont une main d’oeuvre nombreuse. Pour Michel Delebarre, ce seront plus de 1.000 emplois qui seront créés pour la construction, dont 2% réservés d’office aux dunkerquois. A terme, pour le gardiennage du parking, et pour l’entretien du système électrique, ce seront 25 emplois durables.  »Une véritable réussite ! » selon le président de la CUD.

Des commerçants heureux. Des riverains pas contents.

Côté riverains, c’est la soupe à la grimace. Marie Kinzgram qui habite sur la digue de mer depuis 20 ans, se dit « scandalisée par un projet inutile qui va détruire le seul espace naturel qu’il reste aux dunkerquois : la plage ».  Elle compte monter, avec plusieurs habitants de Malo-les-Bains, un collectif de lutte contre ce grand projet inutile. « On est trois pour l’instant, mais on ne désespère pas ! » nous explique t-elle.

Côté commerçants par contre, on se frotte déjà les mains d’avoir aux pieds des restaurants des parkings qui vont pouvoir amener du monde, dans des commerces qui depuis quelques années sont assez moribonds. Didier Vandepicheploïe, président des Commerçants de la Digue, évoque le projet de certaines enseignes de s’agrandir pour pouvoir faire face à la vague de clients qui devraient déferler pour l’été 2016. « Ça va booster notre activité, on va pouvoir agrandir, embaucher, se remplir les poches quoi ! On ne remerciera jamais assez Vinci et M.Delebarre de nous offrir autant d’opportunités économiques à nous les dunkerquois. », conclut-il.

Les associations de défense de l’environnement impuissantes.

Pour les différentes associations du dunkerquois qui protègent l’environnement, c’est le dossier de trop. Florence Verderage, présidente de l’ADEMCAPO (Association de Défense des Mouettes, des Canards, des Alouettes, des Poneys, des Ornithorynques des Flandres) exprime son désespoir  » Pour la centrale de Gravelines on n’a pu rien faire. Pour le Terminal Méthanier on n’a pu rien faire. Pour l’Arena, on n’arrive à rien. Et là, c’est le coup de massue. Voilà qu’ils veulent nous construire un parking sur le sable. Pour lequel on ne pourra rien faire non plus. Je me demande à quoi on sert d’ailleurs. » achève t-elle d’expliquer.

Il en reste que tout le monde n’est pas malheureux de voir un projet de cette envergure naître sur Malo-les-Bains. Vinci a enregistré hier soir à la clôture de la Bourse de Paris une hausse de 23 points. De quoi rassurer des actionnaires heureux de voir comment Dunkerque se vend aussi facilement aux plus offrants.

Publicités

Municipales – S.Berlusconi soutien la candidature de M.Delebarre.

berlusconiLes municipales prennent un tour inattendu à Dunkerque en cette fin de mois de janvier. C’est avec surprise que nous apprenons sur le site du très sérieux Corriere dela Sera que Silvio Berlusconi rejoindra la cité de Jean Bart si Michel Delebarre est élu pour un dernier mandat.

Il Cavaliere, comme on le surnomme de l’autre côté des Alpes, se dit fatigué par la vie politique italienne, et souhaite se ressourcer dans le Nord de la France. Apparemment, le bruit que les Bains Dunkerquois seraient aménagés en club libertin géré en régie publique a traversé les frontières, et est arrivé jusqu’aux oreilles de l’homme d’affaire milanais.

Contacté par notre journaliste, S. Berlusconi nous explique ses motivations : « Ma, Dunkerque c’est joli, presque aussi belle que Milan. Et surtout, Michel, il veut faire du bien aux dunkerquois avec les Bains échangistes. Moi ici en Italie, je suis grillé pour le bunga-bunga, il faut que je trouve un autre endroit pour m’éclater. Il faut que je change d’air pendant un moment. Faire le point. »

Difficile de douter de la véracité des propos de l’ancien dirigeant de Forza Italia, le parti conservateur italien, qui avec l’affaire du Rubigate et des soupçons de fraude fiscale, souhaite quitter au plus vite la péninsule italienne.

Il évoque même la possibilité de se refaire une santé politique au PS local :  »J’aime les hommes comme Michel. Il est partout, j’aime ça. Il a presque la mainmise sur la ville. Je peux l’aider à encore progresser, à avoir plus. Je lui offre mon total soutien pour cette campagne s’il le veut.

[…] Moi j’ai eu le club de Milan, la gouvernement italien, toutes les télés italiennes, etc. Bon, il a fait une fois ministre, mais il n’a pas été bon. Mais Michel, il n’est pas encore président du foot à Dunkerque ! En trois ans, je lui fait gagner la Ligue des Champions avec Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ! Et pour les médias, c’est pas assez de posséder seulement deux journaux locaux à sa botte. Il en faut plus ! On va créer une nouvelle télé pour faire sa publicité 24h/24h. On l’appellera Bunga Télé ! Ma, il a beaucoup à gagner avec moi le Michel !’, conclut triomphalement S. Berlusconi.

Reste à savoir si l’actuel Maire de Dunkerque est prêt à assumer un soutien aussi particulier que celui de Silvio Berlusconi. Pour l’instant, aucune réaction n’est à noter du côté du principal intéressé, qui est toujours traumatisé de sa rencontre avec un vrai journaliste à l’occasion de l’intervention du Petit Journal de Canal Plus lors des voeux du maire à Malo-les-bains.

La rédaction.


Santé – Le CHD met en place un programme utilisant le cannabis thérapeutique.

bedrocan-flosLa direction du CHD a annoncé ce matin qu’elle mettra en place durant l’année 2014 un programme utilisant le cannabis thérapeutique dans le but de soulager les douleurs des patients atteints de sclérose en plaques, pour limiter les nausées liées à certains traitements contre le cancer ou le VIH, ou pour traiter les dépressions modérées.

Marie-Jeanne Ganja, toxicologue, nous explique : « en Chine, on connaît les propriétés euphorisantes et thérapeutiques de la marijuana depuis 3 000 ans, et même depuis 6 000 ans, selon certaines sources […] Le mode d’administration est simple : on roule un bon gros joint pour le patient, qui pourra en fumer entre deux et trois par jours.  Et cela sans effet d’accoutumance. Il y aura un plus grand bien être chez le malade, qui pourra aborder sa maladie sous un nouvel angle. » 

Le docteur Ganja, nous affirme également, qu’un projet d’aquarium verra le jour au CHD. Il s’agira d’enfermer dans une salle faiblement aérée plusieurs patients, et d’y diffuser de la fumée de cannabis, qui sera inhalée par ces derniers. Les cannabinoïdes, substances chimiques naturelles présentes dans le cannabis, pourront agir directement dans le corps du patient, et lui procurer un bien être physique et mental.

‘C’est une grande avancée médicale », précise le Dr Ganja. « C’est la première fois au monde qu’on administrera à des patients du cannabis dans sa forme végétale, et non un dérivé chimique créé par un laboratoire pharmaceutique vendu à des intérêts capitalistes et qui recherche avant tout le profit… Ici on préconisera avant tout le na-tu-rel ! »

Il serait même question d’effectuer des tests sur le personnel médical du CHD. En effet, selon une étude américaine, fumer un joint par jour dans le cadre de son travail, permettrait de réduire de 70% le stress créé par un environnement professionnel difficile.  A voir si les résultats se confirment au Centre Hospitalier de Dunkerque, où infirmières et aides-soignantes souffrent trop souvent d’une overdose de travail.

La rédaction.

 


Sorties – La future ARENA de Dunkerque accueillera des orgies géantes.

L’annonce de la reconversion des Bains dunkerquois en club échangiste soulève depuis vendredi l’enthousiasme de tous les dunkerquois. Ce n’est donc pas un hasard, si Dominique Deprez (chargé de projet salle ARENA) a lui aussi voulu participer au buzz, en annonçant que la salle de spectacles et de sports ARENA, accueillera des orgies géantes pour l’année 2016.

Ayant du mal à rendre attractif le projet ARENA auprès des habitants qui contestent de plus en plus le bien fondé de cette salle, Dominique Deprez n’a pas douté un moment en réalisant cette annonce : « Nous voulons faire de cette salle un endroit de communion pour les dunkerquois […] Quoi de mieux alors que des orgies géantes pour créer de la cohésion sociale, et soulever un sentiment d’appartenance à une identité locale ? Tout nus, il n’y aura plus de différences sociales, comme au carnaval les barrières sauteront, ça sera magique, grandiose ! Cela va rapprocher les dunkerquois, nous en sommes certains. »

La future salle de 10.000 places accueillera notamment les rencontres des clubs de handball et de basket de la ville de DunkerqueLes premières (d)ébauches de projet, mettent l’eau à la bouche : au centre du stade, diverses plateformes et matériaux seront mis à disposition du public pour que le plaisir soit total : bassins de boue, jacuzzis géants, harnais, saunas transparents, etc. Le tout sera retransmis sur l’écran géant pour que le public assis dans les travées puissent bénéficier totalement du spectacle. Car oui, les orgies seront publiques (mais interdit aux moins de 18 ans).

« Imaginez  des orgies comme à la grande époque romaine mais avec 10.000 spectateurs ! Ça serait une grande première mondiale, et nous sommes fiers que cela se fasse à Dunkerque sous l’empire de Michelus Delebarrus! » exulte Dominique Deprez.

Les opposants au projet de l’ARENA dénoncent eux, une campagne de communication malsaine de la CUD qui ne sait plus comment faire pour que les dunkerquois acceptent le projet de grande salle de sport multisexe. « On va quand même faire payer des gens pour en voir d’autres copuler ! » s’insurge le président de l’association ARENA, NON MERCI CA VA, Francis Duzgeg. « Excusez-moi pour ces propos déplacés, mais les dunkerquois sont clairement entrain de se faire baiser », conclut-il.

Même si Dominique Deprez n’a pour le moment pas voulu nous en dire plus sur le sujet, la ville de Dunkerque aurait signé un partenariat avec la société Durex pour approvisionner gratuitement en préservatifs et lubrifiants  les orgies de l’ARENA.  En contrepartie, un contrat de naming (sponsoring de salle de sport) offrirait à l’entreprise une publicité sans équivalent : le complexe se dénommerait alors la DUREX ARENA.

On parle même dans les couloirs de la municipalité de Dunkerque de créer une année entièrement consacrée à la promotion du sexe, comme ce fut le cas pour la culture.  Les Bains et la DUREX ARENA seraient alors les lieux centraux de la programmation annuelle qui s’intitulerait Dunkerque Capitale Mondiale du Sexe 2016.

La rédaction.


Les Bains dunkerquois seront transformés en club échangiste.

bainsC’est une nouvelle pour le moins surprenante qui est tombée ce matin sur le site de la Communauté urbaine de Dunkerque. En effet, les Bains dunkerquois, qui ont échappé à la démolition à plusieurs reprises, vont devenir un club échangiste au cours de l’année 2015.

De nombreux projets ont été présentés à la CUD ces dernières années pour redonner vie à ce monument dunkerquois : création d’un pôle tertiaire, centre de remise en forme, discothèque, centre de communication mais aucun n’aboutit. Aujourd’hui restaurés extérieurement, les Bains vont donc accueillir un club échangiste géré… par la municipalité de Dunkerque.

Un club échangiste en régie publique

Corinne Gonzo, directrice de la Politique de la ville, est à l’initiative de ce nouveau concept. Elle se félicite de l’émergence de ce nouveau projet, qui « va donner un sacré coup de fouet aux pratiques sadomasochiste sur l’agglomération de Dunkerque. » Elle avoue que l’idée lui est venue en lisant les aventures érotiques d’Anastasia Steele et Christian Grey dans le roman Cinquante Nuances de Grey (Fifty Shades of Grey) écrit par la britannique E.L.James : « J’ai dévoré cet été les trois tomes de cette histoire d’amour palpitante. Et puis, je me suis surprise d’avoir appris pas mal de choses sur le BDSM, et les pratiques SM. Je me suis dit alors : il n’y a aucun endroit à Dunkerque où je pourrais m’initier en toute sécurité et en toute propreté au bondage, à la soumission ou à la golden shower. Alors dans l’excitation m’est venue l’idée de créer un club échangiste géré par le service public. « 

L’aménagement du bâtiment se fera sur une année. Corinne Gonzo et son équipe planchent activement sur les différents types de salles qui seront ouvertes au public. « Je ne peux pas en dire trop sur l’organisation de l’espace, mais il y en aura pour tous les goûts ! La seule chose que je peux dévoiler, ce qu’il y aura une salle de conférence pour les entreprises désirant réaliser des réunions de travail ou des présentations de projet […] Nous pensons également mettre à disposition des parents libertins une crèche où ils pourront laisser leurs progénitures entre les mains de nos puéricultrices, et s’éclater dans des gang-bang en toute tranquillité. »

Prendre soin de la santé des dunkerquois.

L’enjeu de la création du club échangiste aux Bains dunkerquois, répond à un soucis constant de la municipalité pour la santé de ses habitants.  Interrogé par notre journaliste, le sexologue Nicolas Jouhy, nous explique qu’avoir des relations sexuelles trois fois par semaine, permet de réduire de 50% les maladies cardiovasculaires. Dans la même mesure, avoir au moins trois orgasmes par semaine permettrait aux hommes de réduire l’apparition du cancer de la prostate, et pour les femmes, cela permettrait de faire baisser les probabilités de développer un cancer du sein.

« Il ne reste plus qu’à s’envoyer en l’air ! » lâche, enthousiaste Corinne Gonzo, qui ne doute pas un moment du futur succès de son projet : « il y a même des personnalités locales qui se sont empressées de me demander des renseignements sur le club, mais je ne peux pas dévoiler de nom ».

Nous n’en doutons pas un instant. L’actualité proche et plus lointaine nous l’a déjà prouvé : quand il s’agit de s’envoyer en l’air aux frais de la collectivité, les membres du PS sont toujours aux avants-postes.