Santé – Pour faire face au manque de personnel médical, le CHD fait appel aux Power Rangers.

Les Power Rangers déjà à l’aise avec les patients
BOB RIHA JR. / AP / SIPA

Le CHD de Dunkerque doit faire face depuis plusieurs années à un manque de personnel médical (aides soignants, infirmières) pour gérer un afflux de patients toujours plus grandissant.

Pour répondre à ce besoin, les gestionnaires de l’hôpital ont fait appel aux Power Rangers, qui devront assurer les divers soins habituels que reçoivent les patients, en plus de les divertir.

Pour Luc Dialise, infirmier syndicalisé chez CGT, « l’hôpital est malade de la logique financière. Dans le secteur de la santé publique, la rentabilité de l’acte soignant est devenue la grande priorité ». Il nous explique les conditions de travail extrêmes que doivent affronter le personnel médical:  les surcharges de travail permanentes et les sous-effectifs ; les heures supplémentaires pas prises en compte, le travail de nuit harassant, etc.

Pour lui, faire appel aux Power Rangers, est une vaste fumisterie. « Je ne remets pas en cause leurs supers pouvoirs qui nous seront utiles, mais l’hôpital va les user jusqu’à la corde. Ils vont abuser de cette main d’oeuvre bon marché pour faire les tâches habituellement exécutée par un personnel diplômé. […] Nous pensons à la CGT que c’est un coup de communication pour donner une bonne image du CHD, mais on sait pertinemment qu’ils feraient mieux d’embaucher plus d’aides soignantes, plus d’infirmières, car combien de temps au final vont-ils tenir ? »

Au niveau de la direction, le son de cloche est bien évidemment différent, et on se félicite de cette collaboration avec les Power Rangers, une expérience unique dans un hôpital français « qui va permettre d’économiser beaucoup d’argent », selon Pierre Rapace, directeur des Ressources Humaines du CHD. « Tout ce qui compte pour nous, c’est que nos finances soient saines. On se moque du social ou de la relation soignant/malade ! Nous voulons des équipes performantes, et sérieuses qui sachent en un minimum de temps prendre en charge un patient. Parce que le temps c’est de l’argent, et que nous, nous en voulons toujours plus ! »

Au Centre Hospitalier de Dunkerque, quand le fric écrase l’éthique, c’est l’humain qui trinque.

La rédaction.


Des radars vandalisés à Dunkerque par des « bonnets rouges »

La mode est au bonikea-nains-hautnet rouge et aux idées extrêmes. Le dunkerquois qui semblait épargné par le mouvement contestataire qui agite l’ouest de la France, est-il touché aujourd’hui par la contestation fiscale ?

Car ce ne sont pas moins de cinq radars fixes qui ont été dégradés dans la nuit de lundi à mardi par un groupe de plusieurs personnes arborant des bonnets rouges.

En effet, vers 23h la police de Dunkerque a surpris et mis en fuite un groupe de vingt personnes, tous de petite taille, qui tentaient d’incendier un radar au niveau de Coudekerque-Branche.

Trois de ces suspects ont été interpellés plus tard dans la nuit à Saint-Pol-Sur-Mer. A la surprise générale, il s’agissait de nains de jardin appartenant au FLNJ (Front de Libération des Nains de Jardin), groupuscule révolutionnaire qui milite pour la reconnaissance de leur liberté et de leurs droits.

Dans un communiqué de presse envoyé à notre rédaction, le FLNJ explique que les radars ont été dégradés « pour emmerder l’État français qui organise la traite des nains dans des supermarchés de bricolage et de jardinage. » Ils précisent également que ces actions en appelleront d’autres, « jusqu’à ce qu’on relâche les trois nains de jardin retenus en garde à vue ». Enfin, ils soulignent leur différence avec le mouvement des bonnets rouges « dont les ficelles sont tirées par l’extrême droite » selon leurs propres termes

Les autorités locales n’ont pas encore réagi aux menaces proférées par l’organisation indépendantiste. Le plan vigidelbarre est néanmoins passé au niveau 8, ce qui a pour conséquence de renforcer la présence policière autour des grandes enseignes de bricolage de l’agglomération.

La rédaction.


Dunkerque – Saint Martin arrêté pour ivresse et exhibitionnisme sur la voie publique

Saint Martin pervers

@loadedsanta source

La fête de la Saint Martin aura pris une tournure inédite cette année. En effet, alors que les enfants s’étaient regroupés place du Théâtre, lampions à la main pour chercher le fameux âne disparu dans les dunes, c’est un Saint Martin chancelant qui est arrivé à la tête du défilé.

Les parents ont été les premiers à se rendre compte de l’état inhabituel de Saint Martin, plus occupé à souffler des insanités aux jeunes mères présentes dans le cortège, plutôt qu’à chercher à l’aide des enfants la trace de son âne perdu.

« Saint Martin  a été profondément sexiste et odieux. Il m’a demandé si la petite bourgeoise voulait voir son gros bâton après le défilé […] J’en fus profondément choqué » témoigne Anne-Cécile F., une mère de famille présente dans le cortège.

Son comportement a été très vite signalé à un policier municipal qui encadrait la manifestation, et qui tenta de le rappeler à l’ordre. Saint Martin s’en pris violemment à l’agent de la maréchaussée en lui jetant des crottes de chien, tout en lui criant d’aller se faire cuire des follards avec.

Loin de vouloir se calmer, il prit la fuite vers la place Jean Bart tout en titubant. C’est alors qu’il ouvrit son long manteau rouge, pour offrir aux yeux des passants un spectacle des plus obscènes. « Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais : Saint Martin à poil Place Jean Bart. Et pourtant j’en ai vu des choses bizarres durant ma vue ! J’ai dû réciter deux Pater et trois Ave, parce que j’avoue que j’ai pris un petit plaisir à reluquer le gaillard », avouera plus tard à notre journaliste, Josette F.

Notre barbu obsédé arrêtera sa cavalcade folle rue des Capuçins où il tenta de s’échapper avec son âne Félix. Après une course poursuite de 70 mètres avec les forces de l’ordre, l’homme et la bête terminèrent leur course dans des fourrées remplies de chardons.

Après avoir passé la nuit dans une cellule de dégrisement, Saint Martin avoua avoir abusé du Picon Bière avant de commencer le défilé. En effet, c’est avec plus de 2,05 grammes d’alcool, que notre icône locale a été arrêté. Il sera jugé prochainement pour ivresse et exhibitionnisme sur la voie publique.

La rédaction.