Micro-trottoir – « Les dunkerquois sont-ils racistes ? »

arton2838

crédit photo – Charlotte Perry

La France a peur, peur d’être envahie par une armée de Leonarda. 65% des français sont contre un retour de la jeune kosovarde sur les terres françaises. Le racisme et l’indifférence nourrissent des discours haineux à gauche comme à droite. Liberté, égalité, fraternité aux chiottes ? C’est le sentiment de la rédaction qui a voulu en savoir plus sur cette vague de haine. Et vous, êtes vous raciste ? Détestez-vous les étrangers ? C’est la question que nous avons posé aux dunkerquois lors d’un micro-trottoir.

José Beethoven, 56 ans, retraité, Rosendaël

« Je ne suis pas raciste, mais bon… Pour être sincère, les personnes qui m’ont le plus volé jusqu’à aujourd’hui sont blancs, catholiques, portent un costume trois pièces, une cravate et travaillent dans une banque ou font de la politique […] C’est pourquoi je ne comprends pas pourquoi on s’attaque toujours aux mêmes, je pense pour ma part que c’est un aveu d’impuissance, on ne veut pas voir la réalité telle quelle est vraiment. »

Abdel Ayame, 23 ans, étudiant, Grande-Synthe

« T’es de quelle origine ? » Je suis fatigué d’entendre cette phrase à longueur de temps, alors maintenant je réponds : »Je suis français d’origine coupable ». C’est vrai quoi, c’est pas parce que je suis un peu basané et que j’ai les cheveux qui frisotent que je suis un putain de terroriste ! Avant on était des bougnoules, négros ou basanés. Maintenant on est tous terroristes et maîtres artificiers. Les plus atteints voient même des Merah partout !« 

Marie Loup, 34 ans, professeur de français, Dunkerque

« Il est intéressant de s’arrêter sur le sens des mots qui recouvrent la réalité des migrations. Un non-occidental qui veut venir travailler en Europe est un immigré, cela a une connotation négative. Un occidental qui part travailler en Afrique est un expatrié, cela a une connotation positive. Les deux partent pour obtenir un meilleur avenir professionnel. Mais pour le premier c’est une question de survie, tandis que pour le deuxième c’est une question de commodité, d’accumulation de capital […] Si on pousse l’analyse plus loin, on se rend compte que l’immigré va réaliser un travail laborieux, dans des conditions de grandes précarités alors que le pays dans lequel il se trouve est riche. De l’autre côté, l’expatrié va réaliser un travail qui demande un certain niveau de compétences, très bien payé, alors que le pays dans lequel il se trouve est très pauvre. Pourtant les deux étrangers vont être perçus comme des pilleurs de ressources, alors qu’en réalité, un seul vole les ressources du pays dans lequel il se trouve : l’expatrié. »

La rédaction

Publicités

One Comment on “Micro-trottoir – « Les dunkerquois sont-ils racistes ? »”

  1. le comcombre masqué dit :

    Allez oust
    Dehors des patisseries les baba au roms


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s