24 heures de faits divers et variés dans le Dunkerquois

Fort-Mardyck – Deux pompiers qui effectuaient une révision de leur pompe aspirante ont subitement disparu.  Les 20 mètres de tuyaux de ladite pompe ont été explorés sans qu’on ait retrouvé la moindre traces des deux jeunes hommes.

Grande-Synthe – Le bar tabac du Balto Ivre a été braqué ce matin par deux jeunes individus cagoulés. Menacés par des armes de gros calibres, les propriétaires ont remis la recette de la semaine, une carbonnade flamande aux spéculoos, aux voleurs repartis en trombe au volant d’une 4L volée.

Coudekerque-Branche – Un incendie s’est déclaré hier dans le camps de Roms rue Néron à 13h. Plus de peur que de mal pour les membres de cette communauté : « J’ai z’eu peur. Et quand j’ai z’eu peur, j’ai z’eu cri » zozotera dans un français, encore un poil perfectible,  Maria Catolichka à notre journaliste.

La rédaction


Sport – Yann Van de Piche vainqueur du Critérium du Mont des Cats.

C’est une victoire méritée qui revient au cycliste dunkerquois, Yann Van de Piche, 24 ans, qui a remporté cet après-midi le critérium du Mont des Cats après une bataille acharnée.

15079566-katusha-team-cycliste-espagnol-joaquim-rodriguez-monte-purito-lider-lors-de-la-vuelta-ciclista-a-espEn effet, dans cette course relevée aux reliefs élevés, où se côtoyaient les meilleurs cyclistes de la région, Yvan Van de Piche a reussi à sortir son épingle du jeu, en faisant preuve d’un sens tactique hors du commun.

Après s’être échappé avec un groupe de cinq hommes au kilomètre 87, notre champion prendra seule la tête de la course en effectuant une percée dans le col de l’Huthérus, qui culmine à plus de 589 mètres. En plus d’engranger des points pour le titre de meilleur grimpeur, qui lui semble tout acquis à la fin de l’année, Yvan Van de Piche a réussi à marquer les esprits de ses adversaires en faisant preuve de facilité et d’une endurance exceptionnelle.

« Je suis super heureux de cette victoire. J’étais vraiment super bien dans l’Huthérus, j’ai donné tout ce que j’avais dans les tripes pour réussir à le grimper. Je savais que la course allait se jouer à ce niveau du parcours, et j’ai tout fait pour garder mon énergie jusqu’à ce moment là », racontera à notre correspondant le sportif originaire de Malo-les-bains.

La rédaction


Dunkerque – Les phoques expulsés du port.

ACTU PHOQUES copie

René et Monique

Depuis quelques jours déjà, les phoques qui barbotaient dans le port de Dunkerque étaient devenus la petite attraction pour les habitants du centre-ville. Mais pour certains, ils représentent la menace suprême. Les pêcheurs de notre cité les accusent notamment de voler notre poisson, et d’affamer les dunkerquois. Après diverses manifestations musclées et une pétition ayant recueillie plus de 2.000 signatures, les pêcheurs ont obtenu gain de cause auprès des autorités : les phoques ont été expulsés du port.

En effet, une unité navale de la police nationale est intervenue hier soir vers 19h pour procéder à l’interpellation des deux individus, reconduits immédiatement dans leur colonie d’origine située près de la Norvège.

René et  sa mère Monique, les deux phoques âgés de 5 et 10 ans ont pourtant toujours vécu près des côtes du littoral dunkerquois. Ils n’ont plus eu de contact avec leur colonie depuis 4 ans, et avouent se sentir déracinés par ce changement de milieu naturel. Selon leurs propres déclarations, cette « expulsion est injuste, et honteuse […] On nous fait porter le chapeau de la crise que connaît le secteur de la pêche, alors que notre race est en rien responsable de la surpêche en Mer du Nord et de la disparition de certaines espèces de poissons ».

De nombreuses manifestations de soutien à René et Monique ont eu lieu ce matin partout dans l’agglomération, et exigent le retour des deux phoques sur le littoral dunkerquois. Face à l’ampleur du mouvement  le maire de Dunkerque, Michel Delebarre, dans une intervention radiophonique, a précisé que « seul René pourrait revenir sur les côtes pour bénéficier de la qualité de notre climat de notre littoral ».

La fédération des pêcheurs du Nord (FPN)dénonce avec virulence « la stratégie démagogique de Mr Delebarre, qui use de l’émotion que suscite cette affaire, dans le but de gagner des voix en vue des municipales. » Les membres de la fédération appellent les autorités publiques à supprimer les aides que reçoivent les phoques (100.000 euros pour le suivi d’une colonie) et demandent que les femelles soient toutes stérilisées ou reçoivent la pilule pour éviter qu’ils se reproduisent.

« On en a marre des phoques qui viennent sur le littoral pour être engrossés sur notre dos ! Il ne foutent rien, passent leur temps à se la couler douce sur le sable, pendant que nous travailleurs on se casse les reins à nourrir nos familles […] On ne peut pas recevoir toute la misère des phoques du monde », conclut avec virulence Yves Les Pennes, président de la FPN.

La rédaction.


Micro-trottoir – « Les dunkerquois sont-ils racistes ? »

arton2838

crédit photo – Charlotte Perry

La France a peur, peur d’être envahie par une armée de Leonarda. 65% des français sont contre un retour de la jeune kosovarde sur les terres françaises. Le racisme et l’indifférence nourrissent des discours haineux à gauche comme à droite. Liberté, égalité, fraternité aux chiottes ? C’est le sentiment de la rédaction qui a voulu en savoir plus sur cette vague de haine. Et vous, êtes vous raciste ? Détestez-vous les étrangers ? C’est la question que nous avons posé aux dunkerquois lors d’un micro-trottoir.

José Beethoven, 56 ans, retraité, Rosendaël

« Je ne suis pas raciste, mais bon… Pour être sincère, les personnes qui m’ont le plus volé jusqu’à aujourd’hui sont blancs, catholiques, portent un costume trois pièces, une cravate et travaillent dans une banque ou font de la politique […] C’est pourquoi je ne comprends pas pourquoi on s’attaque toujours aux mêmes, je pense pour ma part que c’est un aveu d’impuissance, on ne veut pas voir la réalité telle quelle est vraiment. »

Abdel Ayame, 23 ans, étudiant, Grande-Synthe

« T’es de quelle origine ? » Je suis fatigué d’entendre cette phrase à longueur de temps, alors maintenant je réponds : »Je suis français d’origine coupable ». C’est vrai quoi, c’est pas parce que je suis un peu basané et que j’ai les cheveux qui frisotent que je suis un putain de terroriste ! Avant on était des bougnoules, négros ou basanés. Maintenant on est tous terroristes et maîtres artificiers. Les plus atteints voient même des Merah partout !« 

Marie Loup, 34 ans, professeur de français, Dunkerque

« Il est intéressant de s’arrêter sur le sens des mots qui recouvrent la réalité des migrations. Un non-occidental qui veut venir travailler en Europe est un immigré, cela a une connotation négative. Un occidental qui part travailler en Afrique est un expatrié, cela a une connotation positive. Les deux partent pour obtenir un meilleur avenir professionnel. Mais pour le premier c’est une question de survie, tandis que pour le deuxième c’est une question de commodité, d’accumulation de capital […] Si on pousse l’analyse plus loin, on se rend compte que l’immigré va réaliser un travail laborieux, dans des conditions de grandes précarités alors que le pays dans lequel il se trouve est riche. De l’autre côté, l’expatrié va réaliser un travail qui demande un certain niveau de compétences, très bien payé, alors que le pays dans lequel il se trouve est très pauvre. Pourtant les deux étrangers vont être perçus comme des pilleurs de ressources, alors qu’en réalité, un seul vole les ressources du pays dans lequel il se trouve : l’expatrié. »

La rédaction


Michel Delebarre veut changer de cap pour Dunkerque.

Michel-Delebarre

Reuters

Michel Delebarre a lancé officiellement sa campagne électorale pour les municipales de 2014, et sa première sortie en tant que candidat était très attendue. Durant la conférence de presse qui s’est tenue ce matin, ses partisans et futurs électeurs n’ont pas été déçus : M. Delebarre veut redresser la cité de Jean Bart, et cela sera son dernier baroud d’honneur.

« La situation a Dunkerque est catastrophique depuis 25 ans. Le chômage a explosé, les commerces ferment, la population totale baisse, etc. Il faut que nous proposions des solutions concrètes pour inverser la tendance […] Je ne comprends pas comment l’équipe municipale actuelle a pu laisser la ville s’écrouler de cette manière » conclut Monsieur Delebarre face à une salle médusée.

Un journaliste du Phare Dunkerquois ose rompre le silence gêné et affirme, document à la main, que M. Delebarre est bien l’actuel maire de la ville, et que c’est à cause de ses politiques si Dunkerque est dans un tel état de dépérissement.

L’intéressé semble surpris, et tente une ultime pirouette ‘‘Je ne connais pas le titre exact de mes 26 fonctions différentes, mais je vous remercie de me rafraîchir la mémoire en me rappelant que j’étais maire de Dunkerque […] Je ferai donc en sorte que l’équipe municipale actuelle se relève les manches, et qu’elle remette la ville dans l’état dans laquelle nous l’avions trouvé. Ce sera mon dernier mandat en tant que maire, la meilleure chose que je puisse faire pour les dunkerquois, que j’aime tant, c’est d’arranger le bordel dans lequel je les ai foutus. »

Soupir de soulagement dans l’assistance. La conférence de presse se termine dans un tonnerre d’applaudissements. Les dunkerquois peuvent être rassurés : tout va s’arranger lors du dernier mandat de M. Delebarre.

La rédaction.

 


Société – Faut-il interdire la fessée ? Les dunkerquois s’expriment.

Coll-Devaney/SUPERSTOCK/SIPA

Coll-Devaney/SUPERSTOCK/SIPA

La fessée fait débat. Un père a été condamné vendredi à 500 euros d’amende avec sursis par le tribunal correctionnel de Limoges pour avoir donné une fessée à son fils de 9 ans. Faut-il l’interdire ? Faut-il légiférer sur l’usage de la fessée ? Curieux de savoir ce qu’en pensaient les dunkerquois, nous avons réalisé un micro-trottoir pour avoir leurs avis. Témoignages.

Claudine Bastonnade, 64 ans, retraitée, Saint-Pol-sur-Mer.

« J’ai pris des fessées durant toute ma jeunesse. Mon père n’hésitait pas à me déculotter pour me punir avec le martinet. Est-ce que ça a fait de moi une enfant battue ? Évidemment que non. J’ai appris ce qu’était une éducation stricte […] Par ailleurs, on devrait envoyer les militaires dans les banlieues, armés de martinets. Les jeunes feraient moins les mariolles, et on pourrait lutter contre l’insécurité. »

Jean-Yves Rouste, 55 ans, docker, Dunkerque.

« Ma femme utilise la fessée depuis peu. Il faut dire qu’elle a toujours rechignée à le faire, mais en insistant un peu, j’ai pu réussir à la convaincre […] Maintenant elle avoue qu’elle ne pourrait pas s’en passer, elle trouve que ça la défoule ! Et moi j’adore ça ! […] Je l’affirme haut et fort, la fessée a réveillé notre sexualité au quotidien ! »

Kevin Trampe, 7 ans, écolier, Petite-Synthe.

« Je suis intervenu plusieurs fois auprès de mes parents pour leur signaler que je n’étais pas un exutoire, qui leur permet de se défouler en toute légalité. C’est pas parce mon père a des soucis érectiles qu’il doit me cogner. Idem pour ma mère : quand mon père a pu – à l’époque – la féconder, elle a dû mettre entre parenthèses sa carrière de majorette. Elle n’en s’est toujours pas remise. Alors elle me fesse, pour soulager sa souffrance […] J’ai offert un livre de Françoise Dolto l’année dernière à ma mère pour tenter de l’éduquer un peu, mais elle n’a pas compris le geste, et maintenant elle l’utilise pour me frapper avec. »

Hervé Raclée, 32 ans, joueur de football, Dunkerque.

« Il faut interdire les fessées. La semaine dernière encore, on en a pris une avec l’USDK : un 6-0 à domicile contre Amiens. Alors oui, on aurait plutôt intérêt à les interdire, parce qu’en plus de la fessée, on se prend une engueulade par le coach dans le vestiaire ! Alors les branlées, et les fessées, on n’en veut plus ! Stop à l’humiliation ! » 

Propos recueillis par Frédérique Chataîgne


Culture – Le Studio 43 deviendra le Studio 69.

58112038studio-43C’est un monstre du paysage culturel dunkerquois qui va disparaître très prochainement. Empêtré dans des difficultés financières qui empêchent la structure de fonctionner normalement, le cinéma du Studio 43 situé au Pôle Marine va devoir tirer le rideau sur une aventure qui aura duré plus de 20 ans.

Son ancien directeur, Giuseppe Licule, est amer : « La crise économique aura eu raison de notre cinéma […] Les dettes se sont accumulées, on tournait à perte, ce n’était plus tenable. Le conseil d’administration a pris une décision difficile. J’espère que nos spectateurs comprendront, et continueront de soutenir le cinéma d’auteur d’une autre manière. »

Ils ne viendront certainement pas dans le cinéma du nouveau repreneur, Yves Wiche, qui en lieu et place du Studio 43, va créer le Studio 69. « On va relancer le cinéma porno à Dunkerque ! Ça va être génial ! Mais attention, pas du porno des années 70, nous on va faire dans la 3D, ça va être top, vous allez en prendre plein la figure ! »

Fini donc les rétrospectives sur Jean Cocteau, où la diffusion des films endiablés d’Emir Kusturica. Place maintenant aux oeuvres des John Biroute, ou des Clit Horis, nettement moins gracieuses ou stylées que les films classés « arts et essais ».

Plus d’infos sur http://www.studio69.com

La rédaction.